Juillet 2018 - Balises N°62 : Au-delà des mots. Comprendre le populisme pour mieux le dénoncer

Au sommaire de ce Balises

balises62« Populisme ». Voilà bien un mot à la mode. Mais qui parmi nous pourrait le définir ? On s’accorde tous pour dire que Donald Trump est un populiste par exemple, mais qu’en est-il chez nous, où le terme est devenu une insulte habituelle ? L’affaire n’est pas à prendre à la légère, car ce qui se cache derrière le populisme actuellement n’est pas juste une question de mots et de jeux politiques et a des implications sociétales importantes.

Un peu partout en Europe les gouvernements de droite se durcissent et la gauche s’affaiblit. L’extrême droite gagne du terrain à chaque élection et le populisme de droite se répand dans presque tous les pays européens.

L’urgence est bien réelle, on le voit en Italie avec le Mouvement 5 étoiles, en Pologne avec Jaroslaw Kaczynski, en Hongrie avec Viktor Orban. Les pays qui résistent encore sont ceux qui ont connu plus tard le fascisme (l’Espagne, le Portugal). L’histoire nous apprend que la montée du populisme a des conséquences dommageables, car elle épuise nos démocraties. On ne doit donc pas mépriser ce phénomène, car il est là et il progresse d’élection en élection, et l’Europe, incapable de proposer une réponse recevable semble mettre la tête dans le sable. Nous devons user de tous les instruments d’éducation et de communication pour démonter le phénomène ! C’est une question qui ne se résoudra pas en deux ou trois ans et qui dépasse largement une génération.

À quelques mois des élections communales, il n’est pas inutile de s’équiper pour décoder la multitude de discours qui se succéderont dans les médias ou dans nos boites aux lettres. Nous avons à coeur ici de donner du sens à un mot bien souvent galvaudé : on est taxé de populiste dès lors que l’on défend une cause avec vigueur. Mais le simple fait de prononcer un discours avec emphase ou de défendre des valeurs avec passion ne suffit pas pour être populiste. L’accusation est grave, car le projet de société que les vrais populistes proposent a des conséquences désastreuses sur les solidarités, le vivre ensemble et l’égalité.

Pourquoi parler de populisme au sein d’un mouvement d’ainés ? Tout d’abord parce que les volontaires d’Énéo se sont donné comme objectif pour les années à venir de devenir des acteurs de société et qu’ils s’engagent chaque jour dans des réseaux de solidarité pour lutter contre tous types de discriminations. Aussi parce qu’ils nous demandent souvent d’avoir plus de clés pour décoder les informations qu’ils reçoivent à travers les médias.

Enfin parce qu’il nous arrive à tous d’éprouver des difficultés à décoder les messages politiques simplistes, et de nous sentir attirés par des personnalités charismatiques, par des propos qui remettent en question le systèmepolitique entier.

Qui ne s’est jamais senti fatigué par « les jeux politiques », par un sentiment d’« inaction » ou d’ « immobilisme », et par les inégalités sociales ? Ce faisant, on ouvre une brèche pour les discours populistes.

Le 20 mars 2018, des volontaires d’Énéo organisaient une journée d’étude sur le populisme. Cette journéefut l’occasion de riches échanges lors desquels les participants ont pu s’exprimer sur leurs émotions, surleurs sentiments vis-à-vis du populisme, sur les solutions à y apporter…

Tout au long de ce Balises, leurstémoignages illustreront et compléteront l’analyse.Dans ce numéro de Balises nous allons définir ce qu’est le populisme, apprendre à décoder les discours de cetype. Nous évoquerons des pistes de solution, si tant est qu’il en existe.

  pdfTélécharger le Balises N°62